La vie aux Comores

 

Ifoundihé se situe à l'intérieur des terres. Le terrain est en pente, constitué de cailloux volcaniques. Les villageois vivent de leurs propres cultures (manioc, banane, igname, sagou, patate douce...).

 

L'eau est recueillie lors des pluies dans chaque foyer, dans une impluvium, fabriquée avec des pierres du pays. En fin de saison sèche, l'eau est polluée ou il n'y en a plus, c'est à la citerne villageoise que le ravitaillement se fait.

 

L'électricité est très aléatoire, la société Mwa-Mwé fait régulièrement de grosses coupures.

 

 

 Les enfants et surtout les petites filles participent aux tâches ménagères : cuisine, surveiller les petits, chercher l'eau, les fagots pour faire le feu.

 

Les femmes s'occupent de leur foyer, vont au champ chercher les légumes. Les hommes cultivent au champ situé à plusieurs kilomètres du village, certains font taxi et très peu occupent un poste administratif à la préfecture ou la capitale.

 

La vie au quotidien est rythmé par la religion musulmane : prières, jeûne pour Ramadan...

 

Les maladies tropicales sont bien présentes : paludisme, sida, bronchites, mais aussi diabète, hypertension artérielle, maladies de peau chez les enfants, maux de dents...

 

Pour en savoir plus, cliquez sur la photo ou le titre ci-dessous.