La santé - les soins

 

 

Les pathologies dominantes :

  • le paludisme
  • les infections respiratoires
  • les pathologies intestinales

Egalement, on rencontre la filariose, le SIDA, le diabète et l’hypertension...

 

 

A Ifoundihé, aucun recensement concernant le paludisme n’a été fait. Certains enfants de moins de 5 ans avec un fort état fébrile meurent, mais la cause n’est pas déterminée.

 

Tous les foyers ont une réserve d’eau de pluies, pas toujours couverte de tôles. A la saison des pluies, les villageois mettent souvent de grandes bassines dehors pour recueillir l’eau. Les boîtes de conserve, les reliquats de pneus, les sachets plastiques… favorisent l’eau stagnante et attirent les parasites.

 

UNE EDUCATION EST IMPORTANTE A FAIRE SUR LE TERRAIN.

 

Les infections respiratoires aigües et surtout la pneumonie sont les principales causes de mortalité des enfants juste après le paludisme.

 

Les parasitoses intestinales et les diarrhées sont fréquentes.

La cause essentielle est l’eau absorbée qui n’est pas potable comme on l’entend en métropole. En effet pour la plupart de la population, l’eau des citernes non couvertes est utilisée pour les boissons et la cuisson des aliments.  

La malnutrition

Beaucoup d’enfants ont une insuffisance pondérale. On ne peut pas dire qu’un enfant va mourir de faim car la structure familiale et villageoise va pallier au manque. Néanmoins, l’alimentation est basée sur la consommation de riz et de légumes produits par la famille. En raison du terrain volcanique, les tubercules sont dépourvus de vitamines. Les apports en lait ne sont que très rares et les protéines sous forme de viande sont consommées en trop petites quantités.

 

 

De mauvaises habitudes sont remarquées.

Le sucre est très prisé. Il n’est pas rare qu’un adulte mette 2 cuillères à soupe de sucre dans une tasse de tisane. Certains enfants malheureusement ne mangent qu’un morceau de canne à sucre le midi. Au champ, lorsque un enfant ou un adulte travaille, il se nourrit sur place des produits de saison, d'où un déséquilibre alimentaire certain.

Un état dentaire déplorable même chez les enfants en bas âge.

Comme tout musulman lorsqu’il y a lavage des dents, cet acte se fait le matin au lever, rien après les repas. Le dentifrice est un achat trop onéreux pour beaucoup de familles.

 

 

Un gros travail de connaissances, d’éducation et de prévention est à faire.

 

Le SIDA

Le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) comptent une évolution très significative aux Comores depuis ces vingts dernières années. La tranche d’âge la plus touchée est celle des 25 – 35 ans.

La faible utilisation de préservatifs, le manque d’informations et de sensibilisation à la maladie, les thérapies méconnues, les prises en charge et les surveillances trop faibles nous montrent du doigt les problèmes de fond.

Le choléra

La maladie est liée aux mauvaises conditions d’hygiène à cause des évacuations des eaux usées précaires, les tas de déchets qui s’amoncellent dans le pays et l’absence d’eau potable. La nourriture peut aussi contribuer à propager rapidement cette maladie surtout lors des grands mariages.

Maladies infantiles

  • La rougeole, épidémie en 2005
  • Les oreillons, épidémie en 2006