La gestion des déchets

 

Ce projet est de grande ampleur car en Afrique le "jeter au sol" est très ancré et les comportements d'habitudes sont difficiles à changer...

 

 

 Dès la création de l'association, une campagne de sensibilisation est mise en place pour faire prendre conscience des méfaits des déchetteries sauvages : nuisibles, odeurs, maladies de peau, paludisme...

 

En octobre 2006, Mohamed Chanfiou, dit "Monsieur Propre", lance une opération de nettoyage dans le village avec les enfants de l'école coranique et des ramassages réguliers des déchets.

 

A l'école, l’objectif est de jeter directement les déchets dans les poubelles fournies par Comores Horizon et de les faire brûler chaque semaine.  

 

 

Brûler les déchets dans le village
Brûler les déchets dans le village
Balayage à l'école
Balayage à l'école
Ramassage régulier
Ramassage régulier

Corbeille en feuilles de cocotier
Corbeille en feuilles de cocotier

En 2009, des corbeilles en feuilles de bananier sont fabriquées et accrochées dans chaque quartier. Des fleurs sont plantées ça et là. A l'école, les scolaires mettent directement les papiers dans la poubelle de classe et ne jettent pratiquement plus au sol. Maintenant que le village devient plus accueillant, reste aux habitants à ne plus faire de " déchetteries sauvages " et acquérir les bons réflexes pour éliminer les déchets.

 

Plantations par Fahar Chanfi
Plantations par Fahar Chanfi

 

 

Concours de dessins
Concours de dessins
Prospectus pour sensibiliser             les enfants
Prospectus pour sensibiliser les enfants

Lorsque l'infirmière de l'association se rend au village, des interventions dans chaque classe sont prévus afin d'évoquer les conséquences des déchetteries sauvages : nuisibles, odeurs, maladies de peau, paludisme... Une démonstration pour trier et la possibilité de recycler est montrée aux enfants et à tous les villageois lors des réunions.

 

En 2014, une réelle prise de conscience semble émerger avec M. Abou Ismaël, responsable des scouts. Des poubelles sont installées dans les quartiers, un tri commence à voir le jour (combustibles et non combustibles). Les déchets végétaux sont donnés aux chèvres.

Le problème subsiste pour les objets en fer et le verre qui ne brûlent pas et nous n'avons pas trouvé de solution pour évacuer ces produits.

 


En 2017, malheureusement une régression est à noter dans tout le village, lors de notre mission.

 

De nombreux déchets jonchent le sol, les poubelles n'existent plus sauf 2 ou 3 mais débordent et ne sont pas vidées. Aucun lieu pour faire brûler n'existe.

 

Notre appréhension est grande car avec les pluies, le paludisme va faire des dégâts considérables. Nous alertons la population mais à notre départ aucune décision n'est prise !


Dans ces conditions, il faut avouer que cette gestion est un échec. Les scouts du village sont en école supérieure et personne n'a pris le relai pour continuer la gestion des déchets. Aussi, nous décidons de ne plus consacrer de finances tant qu'une prise de conscience n'aura pas lieu avec la mise en place d'actions concrètes.